Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 14:27

J'ai dirigé la 2e Région militaire durant 15 années consécutives. J'étais pleinement conscient de la gravité de la responsabilité qui m'incombait. C'est que cette région est très sensible et revêt une grande importance stratégique, en raison de l'étendue de son territoire, de la concentration du tiers des effectifs de l'armée en son sein et du type d'armement hautement sophistiqué dont elle est dotée. De plus, la 2e Région longe la frontière avec le Maroc, ce qui la rend d'autant plus sensible. La probabilité était forte pour qu'un conflit armé éclatât avec ce pays à n'importe quel moment, sur fond de tensions permanentes. Ma seule préoccupation était d'éviter d'en arriver aux armes, tout en veillant à l'intégrité et à la sécurité du territoire national...
...Le problème des revendications frontalières avait surgi avant l'indépendance de l'Algérie. Hassan II avait exercé divers types de pressions sur le gouvernement provisoire pour l'empêcher d'organiser le référendum sur l'autodétermination sans la région de Tindouf dont il clamait la marocanité. Il déploya ses troupes le long des frontières. Ce fut le premier signe révélateur de ce que cette bande frontalière allait se transformer en un terrain miné qui allait souffler toutes les bonnes volontés qui nourrissaient le rêve d'un Maghreb uni. Les frontières est n'étaient pas en reste, puisque l'approche de l'indépendance avait aussi aiguisé l'appétit de Bourguiba qui réclamait à son tour l'annexion de territoires algériens. Ces intentions belliqueuses - tantôt ouvertes, tantôt cachées - faisaient que je me méfiais des desseins de Hassan II. A tel point que nos forces armées étaient en état d'alerte quasi permanent...
...Je me trouvais en Chine lorsque j'appris que l'armée marocaine s'était infiltrée, le 15 octobre 1963, à l'intérieur des territoires algériens, à Hassi Beïda, et y avait implanté des camps militaires. J'essayai de convaincre les dirigeants chinois d'écourter notre visite mais ils insistèrent pour que nous l'achevions. A notre retour au pays, la Guerre des sables était déjà finie, l'armée marocaine s'étant retirée grâce à la mobilisation du peuple algérien qui avait défendu l'intégrité de son territoire bec et ongle, aux démarches de l'Organisation de l'Unité africaine et aux pressions de Djamel Abdennasser et Fidel Castro.
A ce sujet, j'aimerais ouvrir une parenthèse pour saluer la sagesse de Mohand Oulhadj qui mit un terme à sa rébellion en Kabylie pour se joindre aux forces régulières engagées dans la bataille contre l'intrus marocain...
...Les relations entre l'Algérie et le Maroc ne se sont pas améliorées après le redressement de juin 1965. Chaque partie campait sur ses positions. Plus grave, la présence d'une opposition marocaine sur notre sol, héritée du règne de Ben Bella, constituait un obstacle supplémentaire à l'apaisement entre les deux pays. Hassan II faisait un abcès de fixation de cette opposition qui s'était réfugiée en Algérie en 1963, considérant le règlement de cette question comme un préalable au réchauffement des relations entre les frères ennemis. Tout comme il accusait l'Algérie d'apporter aide et soutien à son rival politique Mehdi Ben Barka. La direction politique de cette opposition activait dans la capitale, tandis que son bras armé se trouvait dans deux centres de l'Ouest du pays, le premier à Sidi Bel-Abbès et le second à Mohammadia; autrement dit, sur le territoire de la Région que je commandais. Conscient de la nécessité d'apaiser le climat de guerre larvée qui régnait entre les deux pays, Boumediene, en prévision de la première visite qu'il devait effectuer au Maroc, prit attache avec moi pour connaître mon opinion sur l'opposition marocaine. Je lui ai dit, après lui avoir fait un état des lieux: «Je ne crois pas en une opposition qui active hors de son pays. Si les frères marocains veulent s'opposer au pouvoir en place, qu'ils le fassent chez eux». Puis, je l'ai informé que je détenais des informations qui indiquaient que les services secrets marocains avaient infiltré les rangs de cette opposition. Convaincu par mon point de vue, Boumediene me demanda d'agir dans l'intérêt suprême du pays...
...Durant la première visite de Boumediene au Maroc, j'étais la deuxième personnalité de la délégation dans l'ordre protocolaire, mais Hassan II modifia la liste et me classa au quatrième rang. Je sentis, durant les entretiens, que le roi était froid et distant avec moi et compris la raison de cette attitude.
Le soir, je refusai de prendre part au dîner qu'il avait donné en l'honneur de la délégation algérienne. J'avais dit à Mouloud Kassim: «Si jamais Boumediene te demande la raison de mon absence, dis-lui que je suis fatigué et que je ne pourrai pas assister à la cérémonie». Plus tard, Boumediene reprochera à Hassan II son comportement vis-à-vis de moi. Lors de ma deuxième visite au Maroc, je sentis le roi moins hostile à mon égard...

... Oufkir tâte le pouls
A la fin du défilé, le roi chargea le général Oufkir d'organiser des cérémonies en l'honneur de la délégation algérienne. Avant cela, l'officier supérieur marocain avait demandé à Chabou s'il n'était pas inconvenant d'aborder avec moi des sujets politiques. Pendant que nous visitions Casablanca, Oufkir s'enquérait de temps en temps de notre situation. Un jour, un groupe de jeunes officiers, au grade de commandant, s'approchèrent de moi. Après discussion, je compris qu'ils voulaient me faire passer un message. Ils finirent par me livrer le fond de leur pensée: «Essayez, en Algérie, d'empêcher Kadhafi de sceller une union entre la Libye et l'Egypte, en attendant que nous renversions la monarchie ici au Maroc et mettions en place un régime républicain. Après, nous construirons ensemble l'Union du grand Maghreb arabe». Je reconnais que leur audace me laissa pantois. Je me demandai, au fond de moi-même, si ces officiers étaient sérieux ou essayaient juste de jauger les intentions de l'Algérie. Je découvris le subterfuge lorsque je m'aperçus que le général Oufkir les appelait auprès de lui l'un après l'autre, visiblement pour qu'ils lui rendent compte de mes propos. L'ère était aux coups d'Etat en Afrique, en Asie et dans le Monde arabe, et le Maroc n'était pas à l'abri. Mes doutes se confirmèrent lors de notre déplacement à Marrakech. Je descendis à la Mamounia, un hôtel de haut standing très apprécié par l'ancien Premier Ministre britannique Winston Churchill. J'avais pour habitude de me réveiller tôt le matin et de prendre mon petit déjeuner dans le hall de l'hôtel. Alors que j'étais seul, un jeune homme s'approcha de moi et me demanda la permission de s'asseoir à ma table. Il me parut bizarre. Après un moment d'hésitation, il me tint le même discours que les jeunes officiers de Casablanca.
J'éludai ses questions par des réponses évasives en prétendant ignorer tout du sujet. J'étais convaincu que c'était encore un élément du général Oufkir. De deux choses l'une: soit Oufkir voulait connaître ma position sur le roi et la monarchie en général, parce qu'il savait que j'étais à la tête de grandes unités de combat de l'armée algérienne stationnées sur les frontières avec le Maroc, soit il était sérieux et échafaudait un plan pour détrôner Hassan II.
De retour en Algérie, j'en informai Houari Boumediene. Il ne me répondit pas et se Contenta de sourire, comme à son habitude. Boumediene était-il au courant de quelque chose? Franchement, je n'en ai aucune idée.
Je n'avais aucune relation avec le général Oufkir. Pourquoi alors avait-il tenté de me sonder sur cette question? Cette interrogation m'intrigue à ce jour...
...Nous débattîmes longuement de la question du Sahara Occidental lors d'une réunion du Conseil de la Révolution et examinâmes le sujet sous tous ses angles. Houari Boumediene insista pour connaître l'avis de chacun d'entre nous. Il posa le problème de la disposition de l'armée algérienne en cas de déclenchement des hostilités. Aucun membre du Conseil ne prit la parole. Il me demanda mon avis et je lui dis: «L'armée manque de moyens et d'organisation. Objectivement, nous ne serons pas en mesure de ravitailler nos unités loin de leurs bases en cas de guerre.» Je n'avais pas le droit de lui mentir dans des circonstances aussi graves. Ce qu'il avait entendu lors de la réunion ne lui a pas plu. Il réagit violemment: «Alors, cela veut dire que je n'ai pas d'hommes!» Quand je lui répétai que je ne lui avais dit que la stricte vérité et qu'il fallait que nous la prenions en considération, il me répondit, plus calme: «Je ne parlais pas de toi, Chadli!» Puis, il s'adressa à Abdelaziz Bouteflika: «Dans ce cas, prépare tes bataillons, Si Abdelaziz!» Il voulait dire que nous n'avions d'autre choix que de privilégier la solution diplomatique.
A notre sortie de la réunion, un membre du Conseil crut utile de me mettre en garde: «Pourquoi t'opposes-tu à lui? II t'en tiendra rigueur et se vengera de toi!» Et d'ajouter, médisant: «S'il était un homme, il jetterait son burnous et rentrerait chez lui sans plus attendre!»
Je lui répondis, assommé, surtout que cet énergumène se trouvait sous la protection de ce même burnous: «Je suis militaire comme lui et j'ai dit ce que je pensais en toute franchise. Cela dit, je suis tout à fait prêt à prendre ma retraite et redevenir un citoyen normal, [si c'est ce que tu veux dire]!» Boumediene préférait ma franchise à l'hypocrisie des courtisans et des flagorneurs...

Partager cet article

Repost 0
Published by MoDemTunisien.over-blog.com - dans Articles de Presse